Imprimantes 3D de construction

Les matériaux imprimés sont principalement du béton, mais il existe aussi de l’argile éco-responsable qui permet d’avoir une empreinte carbone moindre. Il y a sur le marché différents types d’imprimantes 3d de construction :

A) Imprimante 3D de construction type compas

Comme évoqué sur la page « Eco-constructions », la technologie utilisée dans les imprimantes 3D se base sur une réflexion très avancée de l’épuisement des ressources. Ainsi, une approche créative « bottom up » permet de démocratiser le secteur de la construction et d’éviter les monopoles. La démocratisation des plans de création de maison en 3D permet de réduire les coûts de livraison et de réduire drastiquement le gaspillage matériel.

Epuisement des ressources

Les BRICS et autres pays émergents veulent consommer comme des Occidentaux. De ce fait la planète ne supportera pas cette explosion de population (2 milliards d’Africains en 2050). C’est pourquoi il est urgent de changer le modèle de croissance.

Alliance d’une tradition millénaire et de l’innovation

Or c’est justement en alliant innovation et tradition que nous arrivons à des résultats écologiques. En Afrique, les villageois utilisent l’argile depuis des millénaires dans la construction. Une entreprise italienne a remis cette technique au goût du jour. Simplement grâce à une pâte composée en partie d’argile imprimée par ces imprimantes 3d. Concrètement : cette firme imprime des maisons à des coûts proches de zéro (vidéo ci-dessus): en effet, grâce à l’utilisation de l’argile, que nous trouvons facilement proche des lieux de construction, même sous nos latitudes, ces imprimantes 3d fabriquent des maisons éco-responsables. En effet, la terre dispose de 3 avantages principaux : elle est disponible partout dans le monde; elle est bon marché ; elle est facilement malléable. Bien entendu, il est nécessaire de la combiner à d’autres matériaux, mais ceux-ci peuvent tout à fait être locaux.

B) Imprimante composée d’un robot industriel sur rails

Ce 2e modèle est moins présent sur le marché étant donné la complexité de la programmation, un compas rotatif (modèle A) étant plus facile à mettre en œuvre. Néanmoins un certain nombre d’entreprises sont à la pointe de ce domaine au niveau mondial, la palme revenant aux entreprises françaises, néerlandaises et américaines. Contactez-nous pour connaître les différentes possibilités avec l’option « B ».