Gestion Holistique des territoires

Formations jardins

Si vous souhaitez vous essayer à la permaculture sur votre terrain dès maintenant sur une petite, moyenne et grande surface, nous vous proposons divers accompagnements et formations.

Gestion Holistique des Territoires qu’est-ce que c’est:

La gestion holistique des territoires un type de mode opératoire de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération par les méthodes d’apprentissage par l’action.
Ce mode opératoire permet de répondre aux enjeux sociétaux, économiques et environnementaux actuels. C’est une méthodologie globalisante d’accompagnement des acteurs économiques, des collectivités et de la société civile vers davantage de sécurité alimentaire.
Elle repose sur un outil de planification qui fait émerger un fil conducteur pour gagner des pourcentage d’autonomie en termes de sécurité alimentaire et énergétique.

La gestion holistique des territoires poursuit un objectif de résilience à la fois par l’optimisation des acteurs et des ressources en présence mais également par la relocalisation des surfaces de production alimentaire sous forme de micro-fermes pouvant répondre aux besoins primaires des hommes de façon plus autonome vis-à-vis des énergies fossiles et ainsi réduire la fragilité de nos modèles.

En filigrane cette approche nécessite  pour la pérennité des projets engagés de sensibiliser et de former la jeunesse à davantage de résilience et de capacité à coopérer dans des environnements complexes. Ainsi la gestion holistique des territoires revêt une dimension éducative incontournable se traduisant par la mise en œuvre de projet de jardin pilote au sein des établissements scolaires et des universités. Elle  offre des outils simples, accessibles et facilement duplicables aux services des enseignants, animateurs et personnels encadrants.

Elle propose un réaménagement de la société civile par étape, se basant sur les citoyens, les réseaux associatifs, les étudiants, les élèves de tous niveaux, les parents d’élèves, les enseignants, les artisans, les personnelles territoriaux, les personne âgées retraités.

Objectif

L’objectif est de réintégrer la société civile (énoncé ci-dessus) auprès des producteurs (Agriculteurs/éleveurs) et les artisans afin de soutenir et rendre possible une relocalisation des agriculteurs et acteurs des nécessité premières (alimentation/habitat/médecine) dans le paysage sociétale nécessaire à la souveraineté de toute région dépendant des approvisionnements de semi-remorque et de bateaux parcourant des milliers de km.

Economie circulaire, économie de la résilience

La “Gestion Holistique des Territoire” s’articule autour de plusieurs axes, don celui de transformer une économie linéaire (produire, consommer, jeter)  vers une économie circulaire dans laquelle certaines externalités d’apparence négatives (déchets, Co2 etc) deviennent des ressources tangibles réutilisables. Aussi cette approche nécessite que l’ensemble des acteurs du paysage social et économique se fédèrent et a pour conséquence la création de valeurs certes économiques (économies d’énergie, production alimentaires, transformation des déchets en ressources) mais également de valeur sociale (création d’emplois, liens intergénérationnels, coopération et collaboration d’horizons qui semblent de prime abord s’opposer) et enfin de la valeur environnementale en limitant l’impact des activités humaines sur l’écosystème.

Ethique et acteur du changement

Notre collaboration pour la suisse avec Fabien Tournan, pionnier et concepteur de cette méthodologie fruit d’une approche empirique de plus de 20 ans en France et à l’international met à disposition des feuilles de route opérationnelle offrant une grille de lecture adaptable  aux situations spécifiques de chaque territoire afin d’en extraire les ingrédients  de son écosystème sociale, économique et climatique. A partir de là commence un puzzle pour construire la première pierre.

Cette approche  promeut  une vision globale de gestion des  territoires en interconnectant l’ensemble des acteurs qui les composent.  En créant de la valeur de la sociétale, la gestion holistique des territoires apporte un sentiment de joie reposant  sur la réappropriation de sa liberté à subvenir à une partie de ses besoins primaire de façon autonome à travers une dynamique d’échanges et de partage.

Les techniques agricoles d’antan améliorées par le savoir-faire d’aujourd’hui ne suffisent pas, il convient de faire cohabiter la production alimentaire en milieu urbain avec celle des milieux ruraux d’où l’enjeu d’apprendre à travailler en coopérations nourris par une vision globale commune et habités par des valeurs de solidarité, de résilience et de partage.

Influences – courant d’inspiration

Pour l’accompagnement des organisations vers la transition écologique des territoires
“Un outil de résilience au service des hommes et de l’environnement”

Il existe des outils simples pour apporter des réponses pertinentes aux enjeux environnementaux et sociaux du 21ème siècle. La mise en place des outils de transition écologique, c’est tout d’abord recréer du lien social autour d’un projet commun. Ce projet commence par la création collective d’un jardin selon les principes de la permaculture …

De quoi s’agit t’il ?

Former les personnels au sein des  collectivités, associations, entreprises, collectifs, citoyens.

Former les personnels au sein des  collectivités, associations, entreprises, collectifs, citoyens. Constituer une équipe pour mettre en place une feuille de route et réaliser un plan d’action efficient pour la transition écologique.

Comment ?
  • En plusieurs week-ends de formation de  2 jours, nous établissons des objectifs, et assemblons des éléments par étapes.
  • Chaque formation sert de point d’étape et de méthodologie d’assemblage pour passer à l’étape suivante.
  • A la fin de ces cycles de formation, un plan d’action cohérent par étapes peut être mis en œuvre, sur-le-champ.
Par où commencer ?

Définir le projet
Étape 1 – Analyse “Lecture du paysage”
Extraire les éléments stratégiques pour une transition écologique

  • Analyse du paysage social, environnemental et économique
  • Identifier les ressources et les moyens humains, financiers et matériels.
  • Établir une stratégie globale en écologie du territoire et fixer les objectifs.

Étape 2 – Design, planification (Prévoir des points de contrôle et d’ajustement)
Définir un plan d’action pour appliquer la stratégie globale

  • Préparer une feuille de route, les plannings et les budgets
  • Préparation de supports de formations adaptés
  • Préparer l’intégration des personnes en situation d’ handicap
  • Modéliser des outils de suivi et d’évaluation

Étape 3 – Mise en œuvre
Réalisation et mise en place (Prévoir des points de contrôle et d’ajustement)

  • Réalisation des actions définies dans la feuille de route
  • Former les parties prenantes et les  acteurs de l’éducation
  • Mise en place de chantiers participatifs et citoyens
  • Viabiliser, accompagner les projets jusqu’à l’autonomie
  • Mettre en œuvre une économie circulaire

Conclusion : La mise en place d’une économie circulaire

  • Les éléments structurels pour la Transition écologique et sociale
  • Les effets sociaux-économiques

Chantier participatif encadré

Swiss eco-tech solutions a mis en place des chantiers participatifs avec ses partenaires. Ces chantiers se concrétisent notamment dans la rénovation de patrimoine et d’éco-villages.

Notre concept d’un éco-village a pour vocation de réhabiliter certains villages en milieu alpin. Nous y intégrons des locataires/bénéficiaires «consomm’acteurs» qui deviennent acteur de leurs économie.

C’est pourquoi un futur locataire/bénéficiaire participe très souvent sur les chantiers participatifs à la mise en place de son espace de vie avec les entreprises de rénovation où celui-ci sera également formé sur les technologies intégrées dans son éco-village.

Un éco-village devient ainsi aussi une vitrine (touristique et technologique) permettant de véhiculer les compétences locales. L’économie circulaire permettra de mettre en place ces compétences par des rénovations, réhabilitations, éco-constructions, des nouvelles possibilités de gestion sanitaire, de gestion des eaux grises, d’électroculture, de permaculture, ou encore de techniques de rénovation écologique, etc.

Ainsi un locataire/bénéficiaire devient acteur et guide pouvant assurer la vitrine de son village à travers l’écotourisme par exemple. Il pourra également être un acteur/employé/commercial des ressources de son milieu économique.

Certains locataires/bénéficiaires emmènent égalent avec eux au sein des collectivités éco-villages des compétences parfois nouvelles. Mais souvent ils réactivent des compétences traditionnelles qui redonneront un nouveau souffle dans des milieux ruraux victimes de l’exode rural.